Université de Lomé

FIGURES DE L’ÉTRANGER EN LITTÉRATURES, ARTS, ET SCIENCES HUMAINES

Appel à Communication

Colloque international organisé par la Fédération des Universitaires  d’Afrique (FUAf).10, 11 et 12 avril 2019. Université de Lomé-Togo

 

 

Thème : « FIGURES DE L’ÉTRANGER EN LITTÉRATURES, ARTS, ET SCIENCES HUMAINES »

ARGUMENTAIRE

L’étranger, cet « un autre pas comme soi-même », investit les espaces littéraires, artistiques, sociologiques, anthropologiques, etc., des lieux imaginaires ou réels que traverse souvent sa représentation. En tant que commis-voyageur, étrange, immigré, réfugié, déplacé ou apatride, il est l’objet de moult discours, au sens linguistique du terme, au travers desquels les auteurs exposent ou transposent la perception qu’ils ont de lui ou celle des autres, à partir des considérations  paternalistes et d’exclusion, de rivalité et d’agressivité. Dans ce contexte, l’étranger reste l’emblème de la subversion : « un être qui n’est pas nous, qui n’a pas la même conception du monde que nous » ; il est un rebelle dans sa globalité, son être, sa présence, son histoire, sa culture, sa psychologie, agressifs et subversifs. Quelquefois, son itinéraire même est empreint de subversion. Dès lors, il porte les stigmates d’un discours autre, toiseur, haineux, de distanciation, de mépris, etc. Bref, l’étranger est un indésirable, un misérable.

Très souvent, le regard porté sur les différences se trouve parfois biaisé, marqué du sceau de préjugés et du jeu de l’exotisme. Il engendre la mise à l’épreuve de l’altérité perçue comme lieu central de l’articulation des différences et de l’attitude discursive particulière provoquée par le regard que portent sur lui les autres qui, en réalité, sont aussi étrangers aux yeux de l’étranger. Ainsi, s’articulent, à travers la lecture des discours, deux attitudes fondamentales complémentaires, celle de l’auteur et son texte qui présentent de façon originale l’étranger, là encore, il faut prendre cette représentation dans son originalité comme telle, parce que aléatoire, et celle du lecteur-récepteur qui décrypte la représentation de l’étranger en rapport avec la culture et la formation de ce dernier, plus ou moins diffusées dans un discours fréquemment obscur. Une troisième attitude qui n’est ni interrogée ni pris en compte par les critiques et  les analystes, et aussi complémentaire des deux précédentes, est celle du regard porté par l’étranger sur les autres.

Or l’on est toujours l’étranger de quelqu’un ou perçu comme quelqu’un d’étranger par celui qui n’est pas de « notre » culture. Dans son article « Identité nationale et image de l’autre », Françoise Bédarida (2002 : 39-45), s’appuyant sur la pensée de Paul Ricœur, considère que « chaque homme, en effet, se reflète dans le miroir de l’autre. On est toujours l’autre de quelqu’un » (p.40). Et on s’identifie par rapport à l’autre. « L’autre (…) se découvre étranger à moi par son appartenance physique, son corps, ses gestes, ses manières, que par son langage, ses façons de penser, de croire et d’agir, bref sa culture » (Idem). Dans cet état d’esprit, il revient à chacun de s’interroger sur son statut. En étant l’autre de quelqu’un, je suis moi-même un autre et l’autre lui-même un autre ; chacun est alors étranger de l’autre.

Porteur d’une mémoire singulière, d’une histoire et d’un vécu propre, l’étranger peut, dans certains cas, mettre à mal le confort social du groupe d’accueil qui cherche, par sursaut d’orgueil, d’égoïsme et d’une quelconque injustice subie, à le neutraliser, le ramener à son statut de l’autre contraint d’avoir en soi et avec soi le reflet de ses origines. Aussi est-il parfois la victime piaculaire de discours d’exclusion allant de l’agression à l’exécution, l’installant, en cas de survie, dans un espace étroit, fermé et/ou sauvage, le condamnant à l’aphonie et à l’atonie par soucis d’autoprotection dans un monde anomique et égocentrique. L’étranger, le voyageur conquérant ou le métèque, provoque une sorte de transplantation symbolique et sémiotique qui façonne parfois le discours originel donnant à lire une écriture syncrétique. Cependant, il n’est  pas non plus rare que le discours originel soit le fait d’un pur calque de la réalité donnant à voir une écriture réaliste.

Comment l’altérité investit-elle les discours littéraires, artistiques et ceux des sciences humaines ? Quelle signification du dehors caractérise le discours des autres sur cet intrus porteur d’une autre démarche discursive particulière et d’un savoir ? La figure de l’étranger n’est-elle pas imbue d’une certaine distance assortie d’une transmutation symbolique et sémiotique ? Quelles sont les représentations du « venu d’ailleurs » que laissent circuler les différents discours? Ce sont ces questions que ce colloque entend  décrypter avec tout le possible, le différent et l’inattendu. Les interventions lors du colloque « Figures de l’étranger en littératures, arts et sciences humaines» doivent s’inscrire dans les axes suivants :

  1. Les représentations de l’étranger dans les discours littéraires/artistiques/ sciences humaines ;
  2. Littérature migrante et figures de l’étranger ;
  3. L’étranger, l’identité et la quête identitaire dans les discours;
  4. Perception altérative de l’étranger et de l’autre.

 

 

 

Propositions de communication des Participants

A soumettre au mail fuafrique@gmail.com.

 (Time new roman12, interligne 1,5) :

Nom et prénom du communicateur, institution d’attache, pays ;

Titre de la proposition (Time new roman12, gras centré) ;

Axe dans lequel s’inscrit la proposition ;

Résumé de la proposition en 250 à 300 mots au plus ;

Notice biographique du participant.

 

Comité Scientifique

  • Professeur Yaovi AKAKPO, Université de Lomé (Togo),
  • Professeur Kodjona KADANGA, Université de Lomé (Togo),
  • Professeur Xavier GARNIER, Université Paris 3 (France),
  • Professeur Adama COULIBALY, Université Félix Ouphouet Boigny (Côte d’Ivoire),
  • Professeur Pierre MEDEHOUEGNON, Université d’Abomey-Calavi (Bénin),
  • Professeur Amadou LY, Université de Cheikh Anta Diop (Sénégal),
  • Professeur Kazaro TASSOU, Université de Lomé (Togo),
  • Professeur Simon Agbeko AMEGBLEAME, Université de Lomé
  • Professeur Norbert VIGNONDE, Université de Bordeaux (France)
  • Professeur Serge GLITHO, Université de Lomé (Togo)
  • Professeur Alain-Joseph SISSAO, Université de (Burkina Faso)
  • Professeur Komlan ESSIZEWA, Université de Lomé (Togo)
  • Professeur Sélom GBANOU, Université de Calgary (Canada)

 

Comité d’organisation

  • Professeur Koutchoukalo TCHASSIM, Université de Lomé (Togo)
  • Professeur Louis OBOU, Université Félix Houphouët-Boigny (Côte-d’Ivoire)
  • Professeur Pascal Okri TOSSOU, Université d’Abomey-Calavi (Bénin)
  • Sœur Anicette QUENUM, Maître Assistant, Université d’Abomey-Calavi (Bénin)
  • SILUE Lèfara, Maître de Conférences, Université Félix Houphouët-Boigny  (Côte d’Ivoire)
  • Ernest BASSANE, Maître Assistant, Université de Koudougou (Burkina Faso)
  • Nathalie BAKONDE NYEM, Maître Assistant, Université Yaoundé II (Cameroun)
  • Christian ADJASSOH, Maître Assistant, Université Alassane Ouattara de Bouaké (Côte d’Ivoire)
  • AMOI Evrard, Maître Assistant, Université de Korogo  (Côte d’Ivoire)
  • Xolali MOUMOUNI-AGBOKE, Maître de Conférences, Université de Lomé (Togo)
  • Piyabalo NABEDE, Assistant, Université de Lomé (Togo)
  • Paméssou WALLA, Maître Assistant, Université de Lomé (Togo)
  • Lakaza BOROZI, Assistant, Université de Kara (Togo)

 

                         Calendrier

Soumission des propositions de résumé de communication jusqu’au 31décembre 2018

Envoi des articles rédigés, du 1erjanvier au 14 février 2019

Evaluation des propositions : 1er février

Notification aux auteurs : 15 février 2019

Programme provisoire : 15 mars 2019

Dates du colloque : 10,11 et 12 avril 2019

 

Langues de communication : français 

NB : Frais d’inscription des intervenants : 30.000 FCFA, soit 46 Euros, à payer sur place.

Les frais du billet d’avion et de l’hébergement sont à la charge du participant. Les meilleurs textes seront publiés dans un bref délai.

 

En savoir plus sur : http:// www.fuafrique.com

 

 

 

Liste des coordinateurs de la FUAf par pays et Universités

 

  1. Professeur TOSSOU Okri Pascal, Université d’Abomey-Calavi (Bénin)
  2. OUEDRAOGO Adama, Assistant, Université Norbert Zongo (Burkina Faso)
  3. NYEMB Nathalie, Maître Assistant, Université Yaoundé II (Cameroun)
  4. SILUE Lèfara, Maître de Conférences, Université Félix Houphouët-Boigny (Côte d’Ivoire)
  5. MOMBO Charles Edgard, Maître de Conférences, Université Omar Bongo (Gabon)
  6. OUSMAN Ba, Maître Assistant, Université Cheikh Anta Diop (Sénégal)
  7. Professeur TCHASSIM Koutchoukalo, Université de Lomé (Togo)
  8. Aboubacar Sidiki, Maître Assistant, Université de Bamako (Mali)
  9. BOROZI Lakaza, Assistant, Université de Kara (Togo)
  10. BASSENE Ernest, Maître Assistant, Université de Koudougou (Burkina Faso)
  11. AMOI Evrard, Maître Assistant, Université de Korogo  (Côte d’Ivoire)